2016-08-10

LANXESS revoit ses prévisions de résultats à la hausse pour 2016

  • Pour l’exercice 2016, le Groupe prévoit un EBITDA avant effets exceptionnels s’établissant entre 930 et 970 millions d’euros
  • Belles perspectives commerciales au deuxième semestre 2016 pour les « nouveaux » segments de LANXESS
  • EBITDA avant effets exceptionnels du T2 en hausse de 8,5 % à 293 millions d’euros, après un excellent trimestre
  • Hausse des volumes, meilleure utilisation des capacités et structure de coût allégée permettent de faire progresser la marge d’exploitation à 15,1 %
  • Important recul du passif financier net au T2, à 198 millions d’euros

La société de chimie de spécialités LANXESS relève ses objectifs de résultats pour l’exercice 2016. L’entreprise prévoit désormais un EBITDA avant effets exceptionnels situé dans une fourchette de 930 à 970 millions d’euros, essentiellement du fait des bonnes perspectives commerciales qui s’offrent aux segments du « nouveau » LANXESS pour le deuxième semestre 2016. Les estimations annoncées précédemment par le groupe se situaient entre 900 et 950 millions d’euros.

La solidité du deuxième trimestre de l’exercice 2016, a permis à l’EBITDA avant effets exceptionnels de progresser de 8,5 %, à 293 millions d’euros contre 270 millions d’euros l’année précédente. La marge d’EBITDA avant effets exceptionnels est passée à 15,1 %, contre 12,8 % l’année précédente. Les bonnes performances d’ensemble sont notamment attribuables à la croissance soutenue enregistrée par les segments du « nouveau » LANXESS Advanced Intermediates, Performance Chemicals et High Performance Materials.

« Le bon résultat opérationnel vient notamment de la hausse des volumes, de l’allègement de la structure de coût et d’un meilleur mix produits dans les segments du « nouveau » LANXESS. Ceci montre que le recentrage nous a effectivement permis de mettre en place une organisation solide et efficace et que nous sommes présents sur les bons marchés, avec les bons produits. » a déclaré Matthias Zachert, Président du Directoire de LANXESS. « Nous sommes très optimistes pour le deuxième semestre de l’exercice et comptons sur une amélioration des résultats du « nouveau » LANXESS par rapport à l’exercice précédent. En dépit des difficultés persistantes du marché des caoutchoucs, nous relevons de nouveau nos prévisions pour l’exercice. »

Le Groupe prévoit de conclure l’acquisition de l’activité Clean and Disinfect (nettoyage et désinfection) de l’entreprise de chimie Chemours, basée aux Etats-Unis d’Amérique, d’ici la fin du troisième trimestre au plus tard. Cette opération aura un effet relutif sur le bénéfice par action du premier exercice. L’apport annuel à l’EBITDA de cette nouvelle activité devrait être de quelque 20 millions d’euros et devrait augmenter progressivement sous l’effet des synergies pour atteindre environ 30 millions d’euros d’ici 2020.

Le résultat net du T2 a atteint le niveau satisfaisant des 75 millions d’euros. Par ailleurs, c’est également au T2 que LANXESS a pour la première fois prélevé une part des bénéfices au profit de Saudi Aramco, en rapport avec sa participation de 50 % dans la société ARLANXEO, la coentreprise de caoutchouc synthétique. Le résultat de 87 millions d’euros enregistré pour la même période de l’exercice précédent comprenait le produit de la vente des actifs non-courants. Retraité des éléments exceptionnels, le résultat net se monte à 76 millions d’euros, contre 67 millions au T2 de l’année précédente, avec un bénéfice par action avant effets exceptionnels de 0,83 euro, contre 0,73 un an auparavant.

A 1,94 milliard d’euros contre 2,1 milliards d’euros pour le même trimestre de l’exercice précédent, le chiffre d’affaires du Groupe a reculé de 7,7 % au deuxième trimestre de l’exercice 2016. Les bas prix d’achat des matières premières ont été répercutés sur les clients et la hausse des volumes n’a pas suffi à compenser les réductions de prix et l’effet devise légèrement défavorable du dollar des Etats-Unis.

LANXESS est virtuellement sans endettement

Le 1er avril 2016, LANXESS a reçu de Saudi Aramco environ 1,2 milliard d’euros pour une prise de participation de 50 % dans la société ARLANXEO. Ce versement a permis de réduire considérablement le passif financier net du Groupe à la fin du deuxième trimestre, à tout juste 198 millions d’euros contre environ 1,2 milliard d’euros en décembre 2015. Au mois de mai, LANXESS a également ajouté 200 millions d’euros aux actifs du régime de retraite en Allemagne. «Notre bilan est robuste et solide », a expliqué le Directeur financier de LANXESS, Michael Pontzen. « Nous avons jeté d’excellentes bases pour l’évolution future de l’entreprise. »

Segments : le « nouveau » LANXESS est en forte progression

Le chiffre d’affaires du segment Advanced Intermediates a reculé de 5,3 %, passant de 468 à 443 millions d’euros. L’EBITDA avant effets exceptionnels s’est établi à 88 millions d’euros, soit 10 % au-dessus des 80 millions d’euros enregistrés un an plus tôt. La hausse des volumes et l’optimisation de l’utilisation des capacités ont notamment impacté les bénéfices de manière positive. A 19,9 %, la marge d’EBITDA avant effets exceptionnels a dépassé le niveau de 17,1 % déjà élevé du T2 de l’année précédente.

Le segment Performance Chemicals a enregistré un léger recul de son chiffre d’affaires, qui est passé de 553 millions d’euros l’année précédente à 543 millions, soit une baisse de 1,8 %. L’EBITDA avant effets exceptionnels a néanmoins progressé de 3,6 %, de 110 millions un an plus tôt à 114 millions d’euros. La hausse des volumes ainsi que l’optimisation du mix produits et des effets devises favorables ont eu un impact positif sur les bénéfices. La marge d’EBITDA avant effets exceptionnels est passée de 19,9 % à un solide 21,0 %, record historique pour l’entreprise.

En ce qui concerne le segment High Performance Materials le chiffre d’affaires a reculé de 5,8 %, à 275 millions d’euros contre 292 millions au même trimestre de l’exercice précédent, sous l’effet de l’évolution des prix des matières premières. L’EBITDA avant effets exceptionnels a progressé nettement, de 12 millions d’euros, soit 36,4 %, pour s’établir à 45 millions d’euros. A 16,4 %, la marge d’EBITDA avant effets exceptionnels a largement dépassé les 11,3 % du T2 de l’année précédente. Le recentrage du segment sur les plastiques hautes performances a donc un impact de plus en plus tangible sur la rentabilité.

Le chiffre d’affaires du segment ARLANXEO a reculé de 14,1 %, à 670 millions d’euros, contre 780 millions d’euros un an auparavant. L’EBITDA avant effets exceptionnels s’est établi à 95 millions d’euros, à comparer aux 116 millions d’euros du T2 2015. La pression constante sur les prix des caoutchoucs synthétiques a exercé un effet réducteur, tout comme l’interruption de production d’un des principaux fournisseurs asiatiques. Par contraste, l’EBITDA avant effets exceptionnels du deuxième trimestre s’est établi au niveau relativement élevé de 14,2 %, contre 14,9 % un an plus tôt.

Indices financiers – 2ème trimestre 2016
(Montants en millions d’euros, variations en %)